Pourquoi?

Sup Folks!

Aujourd’hui je me lance dans quelque chose qui m’est familié depuis un certain moment dans ma vie et qui vous êtes surement arrivés ou qui va peut-être vous arrivez. Tout négatif qu’il le soit, le mot échec fait peur à tout le monde. C’est après avoir vu un post d’un autre blog (Entre deux cafés, qui est fucking intéressant en passant) sur un bouquin qui parlait du phénomène de l’échec. Je me suis mis à réfléchir par rapport à ça et je me suis dit : pourquoi la peur de ne pas réussir atteint aussi facilement les gens?

First, on va s’entendre tout de suite, c’est chiant de ne pas réussir. Peu importe les circonstances, c’est frustrant. On veut tous réussir! Mais, parfois, ça prend plus de temps. Il faut prendre des détours pour arriver à nos fins. Il peut y avoir un découragement et s’abattre sur son sort. Ne pas être en couple, ne pas mener un projet à sa pleine capacité, perdre dans une compétition sportive, etc. Mais pourquoi avoir ce sentiment d’échec quand on peut retirer du positif dans tout ça?

 

Si je reviens dans mon cas, l’homme aux multiples projets mais qui a peur de se lancer. Oui, j’ai des projets! Un qui me titille depuis longtemps, c’est de créer un événement musical dans mon coin de pays. J’ai tout pour le faire. J’ai des gens qui m’encourage parce qu’ils connaissent ma passion pour l’événementiel. J’ai les connaissances du domaine (malgré que je ne connais pas tout encore), des contacts, etc. Je sais que je peux réussir et faire quelque chose de cool! Pourquoi je ne le fais pas? C’est simple… Je n’ai pas de couilles. J’ai tellement peur que ça me pète dans face. J’ai peur de ne pas attirer de gens. J’ai peur de manquer de cash. J’ai peur d’échouer un de mes projets qui me tient le plus à coeur. Parce que je sais très bien que je vais avoir de la difficulté à m’en remettre. Mais en même temps, tant et aussi longtemps que je ne tente pas ma chance… Je ne le saurai jamais. J’ai comme un petit sentiment de lâcheter par rapport à tous ça. J’ai déjà les idées du projet pis toutes pis toutes. Il me reste qu’à faire un document solide avec les infos et la descriptions de l’événement. Mais, j’ai tellement peur d’être rejetter. Ça me ferait fuckin chier de ne pas être pris au sérieux. J’ai des idées aussi de documentaires de l’univers musical. Le problème par rapport à ça, c’est justement, j’ai trop d’idées. Ça se pitch partout dans ma tête. Je me perds dans tout ça. Mais, encore là, j’ai peur de me lancer dans un projet et que personne ne me prenne au sérieux. Justement, par rapport à ces projets, j’ai le sentiment de l’imposteur. Je ne sais pas. J’ai peur d’amener ça à terme et que ça ne fonctionne pas… C’est un peu triste. Plus que j’écris par rapport à ça, plus que je vais revoir mes idées et peut-être que je vais trouver le courage de me lancer dans le vide… Qui sait! Je me dit au moins, j’ai des projets et un brin d’ambition.

Mes fameux projets de voyages qui n’ont pas de criss de sens… J’aime ça rêver. J’aimerais ça partir des mois et des mois de temps… Mais ça… Je vais vous avouer que j’ai laissé faire ce projet… J’aime trop mon monde pour partir pendant un bout. Si je le fais, ce ne sera pas seul first… Parce que, oui, je suis redevenu on the market (ok ok pour ceux qui ne le savaient pas, je voyais quelqu’un et c’est terminé). Je l’ai fait mon trip seul (oui ce n’était que 2 semaines). Ça faites la job. Mais ça, c’est pour plus tard… HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAH… Yeah right.

 

Là, je vais tomber dans le fameux sujet des relations hommes/femmes… Beau sujet de marde tant qu’à moi. Parce qu’on peut s’obstiner sur un temps sur ce qui est une relation avec une fille ou avec un dude. Je  ne suis pas pour définir l’expression « être en couple » parce que tout mes dernières relations avec une filles ont chiés au bout de 2 mois. Pour plusieurs, ce serait un sentiment d’échec. Je suis désolé, mais ce n’est pas mon cas. Il faut savoir que pour moi, le célibat n’est pas une situation d’échec. Oui, ça fait chier de se crosser à tout les soirs. Mais vaut se masturber soit même qu’être mal masturber. C’est comme ça je vois ça. C’est une question de timing. Je sais que pour certaines personnes, l’horloge biologique se met à crier. Il y en a aussi qu’il faut absolument se caser pour bâtir quelque chose. HEY DÉCROCHE!!! Tu n’es pas en situation d’échec, tu es peut-être trop prévisible. Il faut arrêter de voir le célibat comme un constat d’échec. Je l’ai perçu longtemps comme tel. Mais c’est la meilleure chose qui me soit arrivé (Merci Vick!). J’ai pu constaté qui j’étais vraiment, quels points qu’il faut que j’améliore… Il y en a beaucoup… AHAHAHA!!! Après une analyse simpliste et très direct, je peux dire pourquoi ça n’a pas fonctionné avec la dernière. On n’était pas rendu à la même place dans nos vies respectives. Ça l’a quand même durer 2 mois… On a eu du fun… Tant mieux et ça va rester là. Ce sera différent avec la prochaine. That’s it! Pourquoi se faire chier? Quand tu commence à trop chercher, c’est là que tu bad trip. Sur cet aspect là de ma vie, je laisse les chose aller. Je ne force plus rien. Pour moi, la vie va faire sa part dans cet angle de ma vie.
Au niveau sportif aussi, on peut vivre l’échec. En ayant jouer dans une équipe de sport au primaire et secondaire, je peux dire que chaque défaite est un sentiment d’échec. C’est une défaite autant sur le plan personnel que collectif. Tu te remets en question sur ce que tu aurais pu faire pour aider l’équipe, ce que collectivement qui n’a pas fonctionné. Oui, il y a le coach pour gérer ça mais personnellement, tu te poses ce genre de questions. On dit toujours que le deuxième dans chaque compétition, c’est le premier perdant et c’est vrai! Le sentiment d’être deuxième, c’est tellement chiant. C’est crève coeur! Et encore là, si tu as le sentiment du devoir accompli. Tant mieux! Tu as donné tout ce que tu pouvais selon tes capacités. Dans la vie, je me débrouille dans pas mal tous les sports. Je ne suis pas le meilleur mais je me donne. J’aime le sentiment d’accomplissement de soi! Ça me rend heureux et fier de moi. C’est souvent une question d’orgueil le sport. Il faut parfois savoir le mettre de côté.

 

Tout comme le sport, la vie professionnelle et personnelle, il faut avoir ce sentiment de fierté. Un échec, ce n’est pas la fin du monde. Il faut tirer tout le positif. Il faut être fier de ce que l’on accomplie même si c’est négatif. Essayer n’est pas gage de succès mais c’est une preuve de courage et de tenter d’avoir ce petit sentiment du devoir accompli. C’est justement ça ma nouvelle résolution, d’avoir ce petit sentiment accomplissement de soi malgré que je l’ai déjà. Tsé, une petite dose de plus, ça ne fait pas de tort!
See ya next time mofo’s!!!

P.S : Je sais que je n’ai pas la tendance de name droppé du monde mais ça fait partie de la game!

Publicités

Une réflexion sur “Pourquoi?

  1. J’me suis dit souvent que je me comparais à un cyclocross (Cyclocross: bike tout terrain mais pas comme un bike de montagne, léger mais pas comme un bike de route, pratique) Et ce parce que j’étais pas pire dans tout mais excellente en rien. Ça rime à rien pour un non-fana de bike mais l’essentiel est là. Se valoriser à travers nos expériences, nos activités et pas nécessairement sur le résultat. Néanmoins tu dois rester à l’écoute de ce que tu veux, la nonchalance peut amener un sentiment d’impuissance sur ce qui nous arrive. Fait ce que tu veux, crois en toi puis au pire tu auras des genoux égratignés! : )

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s