Musique = Fastfood

En étant un grand mélomane depuis toujours, je tente toujours de trouver de nouvelles façons d’assouvir mes désirs afin de découvrir de nouveaux artistes qui soient émergents ou pas. Je tente par toutes les manières possibles de découvrir ce qui se passent de nouveau au Québec. Je me rends compte que c’est difficile. À un tel point que je me pose la question, est-ce que j’en fais assez? Ou bien, est-ce que l’industrie musicale est crissment mal en point? Je crois que c’est les 2.

Tout d’abord, je consomme ma musique en général via le streaming. Oui, je sais, le streaming n’est pas le meilleur moyen pour financer les artistes. Pour un mélomane comme moi, c’est une source impressionnante de musique de tout genre! Je peux découvrir des artistes de partout dans le monde en quelques clics seulement! C’est génial! Je n’ai même pas à me lever le derrière pour aller chez un disquaire pour écouter de la musique! Ça l’air paresseux dit comme ça, mais on le fait tous. J’ai tellement dépensé dans les HMV de ce monde. J’ai peut-être acheté pour plus ou moins, jusqu’à aujourd’hui, pas loin de 10 000$ de stocks audio-visuels (cds, films,spectacles, etc). C’est énorme! Aujourd’hui, quand je vois toutes les plates-formes numériques pour écouter de la musique ou voir un film, je suis content en ta! J’épargne tellement. Est-ce que c’est la bonne façon de penser? Malheureusement, non! Par mes actions, je suis en train de tuer une industrie qui me tient à coeur… Je me et je vous la pose la question, comment peut-on faire pour lui refaire une beauté?

Quelles sont les solutions qui nous sont à notre disposition comme consommateur?

La première qui peut nous venir à l’esprit, c’est d’aller acheté l’album physique ou numérique. C’est celle la plus cher. Mais si on recule il y a à peine 10 ans, il s’est vendu environ 13 millions de disques au Québec en 2004. En 2011, on en comptait seulement que 8 millions. Et depuis 2011, ce chiffre ne cesse de descendre. Entre 2011 et 2015, il y a eu une baisse d’environ 30% sur les ventes des albums physiques. Sur 10 ans, cette baisse va jusqu’au de là du 50%, soit 57%. c’est ÉNORME! Mais le faut comprendre que sur le 15$ (c’est le prix moyen d’un album), l’artiste est le dernier à toucher des redevances. Selon l’industrie, ça reste le meilleur moyen pour alimenter l’industrie. Mais l’achat physique n’est plus en vogue et les plates-formes numériques commencent à trainer de la patte. Par exemple, sur Itunes, un album se vend 10$ mais la séparation de la tarte, reste la même.

Deuxièmement, est-ce que se déplacer pour les shows est une bonne façon? Pour moi, je tente de la faire autant que possible. Quand j’en ai les moyens. Le dernier show que j’ai été voir, c’est la tournée de Coheed and Cambria avec Saves the day au Théâtre Corona. Le billet m’a coûté fuckin 45$ et la dessus, j’avais 8$ de frais de services! Je me rappele, il y a 15 ans, À ce prix là, j’étais au Warped tour et je voyais Thursday, Coheed, Thrice, Flogging Molly, name it! Aujourd’hui, le festival qui me fait penser à ça c’est le Rockfest! À 180$, tu as ta passe et un camping pour la fin de semaine. Je peux comprendre le festival Osheaga de vendre des passes à 350$ au nombre d’artistes qu’ils invitent. Mais, ça m’écoeure un peu. Parce que je me dis que la production va me faire payer de la bière à 10$ et que pour bouffer, les concessions de bouffes vont me faire payer le hot-dog et la pointe de pizza à 5$. FUCK OFF! Esti, je ne suis pas au Centre Bell! Mais, c’est sold out année après année et tant mieux. Mais je m’ennuie des tournées de band qui coûtait gros max 30$ au Spectrum (je m’ennuie de cette salle là). Aujourd’hui, voir Jean Leloup nous coûte 65$. Je l’aime Leloup, mais à ce prix là, ce n’est pas accessible à tout le monde. Il faut rendre ça accessible. C’est pour ça que j’aime les Francolies. La programmation extérieur nous présente ( pas assez à mon goût) des nouveaux artistes. Où que je n’aime pas les Francos à comparer au festival de Jazz, c’est que lors du week-end, pourquoi attendre jusqu’à 18:00 avant de nous présenter une prestation!? Ça me fâche! Tu te promène la fin de semaine sur la place des festivals lors des francos, il n’y a pas de musique! WTF!!!!! C’est le moment de nous faire découvrir des artistes! Wake up! C’est avec la marchandise qu’ils vendent lors de spectacles que les artistes, parfois, puisse respirer un peu. Mais, j’ai déjà vu des t-shirts à 60$…(ok, c’était un show de Peter Gabriel) Il ne faut pas pousser la luck non plus. Je peux comprendre que le prix des billets augmentent et que la merch soit de moins en moins abordable, mais c’est la solution que je crois être la plus logique en tant que consommateur. Stream tant que tu veux mais va dépenser au moins un billet pour voir ton artiste en show.

La troisième et non la moindre, ce serait dans les mains du gouvernement. Avec des ententes de principes avec les magnats du streaming (Spotify, Youtube et même Netflix), on pourrait prioriser le matériel québécois. Moi je m’en fou, je vais aller chercher de la musique produite au Québec si je veux en écouter. Mais plusieurs sont crissment paresseux et si ce n’est pas dans leur face, bien il ne chercherons pas.Aussi, pourquoi les sites de streamings n’ont pas d’application de géo-localisation pour faire découvrir des groupes de la place? Ouin, c’est la ministre du patrimoine qui a mentionné ça (pour une fois qu’elle dit une chose intelligente dans ce débat). Par exemple, sur Spotify, il y des listes de lectures d’artistes québécois. Mais, il faut que tu cherches un peu. Mais ça pour moi, c’est moins important à mes yeux. Moi, ce qui me fait royalement capoter, c’est de voir les radios commerciales respectent leur « quota » de musique francophone. Ce quota est de passé dans la journée un taux de 65% de musique francophone. Ça peut paraître énorme mais ce n’est pas beaucoup. Cette moyenne était calculé sur une base hebdomadaire et je crois qu’elle l’est toujours. Car les radios passent leur contenu francophone en début et fin de soirée. C’est abérant! En plus, le CRTC parle de descendre cette moyenne à 35%! REALLY!? Ça n’a pas de bon sens. Voici ce que Pierre Rodrigue, vice-président pour BCE et Bell a déclaré en 2015 à propos du contenu radiophonique:

« La radio commerciale de langue française ne peut espérer rester au coeur du quotidien des Québécois si elle est contrainte d’offrir une programmation musicale qui s’éloigne graduellement de ce qu’ils consomment. »

Really dude? Si la radio commerciale s’intéressait moindrement à ce qui se passe au Québec, on ne serait pas rendu au point à se demander comment consommer la musique francophone. Ce serait au radio et aux médias de masses au Québec de nous faire découvrir les artistes d’ici et non passé notre temps à chercher sur les grandes Internets à savoir qu’est ce qui est sorti de bon… Mais bon, mon opinion n’est pas plus importante que les cotes d’écoutes des radios.

Même sur Netflix, il y a du contenu canadien… ISH… Il faut le savoir. Tu es abonné à Netflix.ca et tu as de la difficulté à trouver du contenu canadien… WTF! À ce que je sache, le Québec fait encore parti du Canada. Encore là, ce n’est pas sur Netflix que les séries/films font le plus de profits. C’est une belle plate-forme de promotion mais sans plus. Netflix et Spotify pour moi, ce sont deux gros buffets chinois. Tu as de la quantité qui n’est pas toute fois de qualité.

Alors, c’est quoi la solution idéal? Rajouter une taxe sur le streaming? Attendre que le gouvernement instaure des normes… Je ne penses pas qu’il faut attendre. Il faut juste trouver une façon à chacun d’arrêter d’utiliser la musique ou la télé comme du gros fastfood…

 

Publicités

Top 5 du moment!

Sup folks!

Vous savez que je suis un grand fan de musiques en général! Depuis quelque temps, je navigue sur Spotify pour découvrir de nouveaux artistes de tout genre. Aujourd’hui, j’aimerais vous partager 5 coup de coeur (dans le désordre) récent que je suis étrangement tomber in love avec. Peut-être que vous allez découvrir quelque chose que vous aimez dans ça!

5. Jenny Hval « Blood bitch »(2016)a3923298497_10

Cette artiste norvégienne nous envoie une électro-pop très intéressante. Dès qu’elle entame la deuxième chanson de l’album « Female vampire », elle m’a fait partir en orbite! Si vous aimez la voix de Lana Del Ray, vous allez peut-être trouver votre compte. C’est tellement envoûtant. Je vous avertis cependant que ce n’est pas un album de party. C’est très « moody » comme musique. J’ai adoré. Les instrumentations sont très intéressantes. Ça s’écoute super bien pendant une lecture ou bien en faisant la cuisine bien relaxe.

 

 

 

 4. Avec pas d’casque « Effets spéciaux » (2016)
1257839-effets-speciaux-avec-pas-casque

 

En un seul mot : wow! Avec les textes de Stéphane Lafleur (réal. du film Continental, un film sans fusil), « Effets spéciaux », le folk d’Avec pas d’casque est tout simplement délcieux. « Effets spéciaux » est la suite logique de l’album « Astronomie » qui a parut en 2012. Les gars nous font voyagé dans leur univers complètement mélancolique et très posé. Pour moi, c’est l’album de l’année au Québec tout simplement. On s’entend que Lafleur, ce n’est pas la plus grande voix. Mais, il a une chaleur dans sa voix qui fait que tu aimes écouter Avec pas d’casque en te levant le matin.

 

 

3.Bon Iver « 22, a million » (2016)
592617e90a52c31a1e815e4b7fb37891-1000x1000x1

Un des albums les plus attendus des fans de musique indie cette année! Et, il ne déçoit pas. Bon Iver nous revient avec un album avec des sonorités électro-acoustiques qui ne passent pas inaperçus. Fini le temps de « Skinny Love » et « Flume ». « 22, a million » me fait penser beaucoup à l’autre projet de Justin Vernon parfois (Volcano Choir). La voix de Vernon, qui a beaucoup d’effets tout au long de l’album, reste pour moi, l’une des plus belle voix de la musique des années 2000. Si « Effets spéciaux » d’Avec pas d’casque est pour moi, l’album de l’année côté Québec, côté US, « 22, a million » remporte la palme! Cet album là est hallucinant!

2. Daye Jack « Soul Glitch »(2015)
a2767241201_2

Il fallait que je me mette au moins un artiste hip-hop dans ce top 5. Ce rappeur américain nous emmène dans son univers avec brio. Du hip-hop expérimental comme on l’aime. Ce n’est pas du hip-hop à 50 cent ou bien Rick Ross. Toutes les chansons ont un petit quelque chose d’intéressant dans les arrangements ou bien de la façon que Daye Jack envoie son flow. C’est un des artistes hip-hop à surveiller.

1. The Dirty Nil « Higher Power »488ec8f6   

Ça, je pense que je casse les oreilles de tout le monde avec ce band là! Pour les fans de punk rock garage, ce band canadien va vous plaire. Fan de fuzz et grosse disto sale, vous allez être servis! Je trippe littéralement sur ce band là! J’ai découvert ce band là, il y a déjà quelques mois et je ne me tanne pas! Quand l’album commence, je ne peux pas m’empêcher d' »headbanger » (bien oui malgré mon nombre restreint de cheveux). J’ai pleuré ma vie quand le groupe était en show avec Solids (un autre band à écouter si vous aimez ce genre de musique).

Ceci était 5 coups de coeur parmi plusieurs. Je vais finir avec des artistes anglo et franco qui méritent des mentions honorables côté anglo et franco. Je vais sûrement refaire ce genre de top 5 une autre fois, un jour p-e.

See ya mofo’s!!!

Anglo:

K.Flay, Honne, Deap Valley, Pup, Diarrhea Planet

Franco

Christine and The Queen, La Bronze, Les Indiens, Violett Pi, Boris Casanblanca.