Mon véhicule d’émotion.

Sup folk’s! Et bien oui, je suis de retour. Après des grosses journées au travail, j’ai décidé de vous divertir un peu. Quand je relis mes 2 premiers textes, je me suis dis: « C’est un brin deep ». Que voulez-vous! Mon côté rationnel n’est pas assez développé. Je l’avoue! Je suis beaucoup trop proche de mes émotions dans la vie. Souvent, les conséquences me frappent dans la face solide mais bon… Ça c’est moi!

Souvent, je tente de canaliser ses émotions, quelles soient positives ou négatives. Parce que sinon, je peux être la personne la plus gossante ou deep que tu puisses connaître. Dans ma vie, il n’y a qu’une seule chose qui peut gérer ses énergies. La musique est pour moi ce que le yoga peut créer chez quelqu’un. Elle me relaxe, défoule, fait sourire, etc. Vous savez qu’en plus de tout ça, c’est une passion, rien de moins. Une journée sans musique pour moi, c’est comme une journée où un dopé ne prend pas sa dose. Je deviens fou!

Autant que lorsque je suis heureux, blasé, fatigué, name it, j’écoute de la musique. Elle a été tellement importante dans certaines périodes de ma vie que je ne sais si sans elle, je ne serai peut-être pas là pour écrire ces belles paroles. On s’entend la chansonnette est importante dans toutes les étapes d’une vie. Il y a toujours une chanson qui rappelle ces petits moments là. C’est certain qu’il y a une chanson qui va vous amener des souvenirs soient heureux ou de mardes. À mon avis, ça nous permet mieux d’accepter notre passé et voir en avant!

Pour moi, il y a une chanson pour ces moments là. C’est comme des petits plaisirs que l’on se doit. C’est certain que la musique que j’écoute quand je suis fuckin happy est différente que lorsque je suis un peu décriss, tout comme vous.

Les gens me décrivent comme un petit gars qui connait quand même assez sa musique. La raison est simple… J’écoute de tout! Je me dis, si la chanson est bonne… Why not peanut! Si vous saviez tout ce que je peux écouter dans une journée. Ça passe à du Bieber en passant par Blink en faisant un détour par Slipknot mais ça se peut que je fasse une halte pour écouter Les B.B et que j’aie une bulle et je te fasse écouter du Dead Obies. Ouin… Je suis un peu dérangé parfois. Oui, je connais certaines chansons de Justin Biebers… On s’en fou! Il s’agit d’un laisser aller. Oui, quand je me mets à analyser, ce n’est les plus grandes chansons qui existent. Mais comme j’ai dit tantôt, si la chanson est bonne…

Une chose qui me mets en ta, c’est quand j’entends : « C’est de la dompe. C’est de la marde. Ça ne devrait pas exister ces déchets là ». Hey dude, tu as juste à dire que tu n’aimes pas ça et that’s it. On ne peut pas tout aimer dans la vie. Ça se peut qu’une chanson ne te rejoins pas mais qu’elle transmet une émotion à un individu. Il faut accepter ça aussi. On a le jugement rapide. Ça m’écoeure un peu.

Pour conclure ce texte, je vais me permettre de vous raconter une anecdote. Il y a quelques mois, je me promenais sur les internets et je vois quelque chose qui titille mon côté mélomane. Un artiste que j’aime, The Tallest man on Earth pour ne pas le nommer, se pointe à Montréal lors du Festival International de Jazz. Je suis comme « WHAT THE FUCK!!!! Je ne peux pas manquer ça! » Sa dernière visite était il y a 6 ans. À ce moment là, j’ai eu un dilemme. Est-ce que je demande à certaines personnes et je me fais choké ou bien fuck it, je me prends un billet et j’y vais comme un grand! Devinez ma réponse… Et oui… FUCK IT, je me pointe là-bas. Dans la vie, je suis quelqu’un de groupe. C’est rare que je me pointe seul à ce genre de trucs  Damn… C’est le show que j’ai le plus apprécié. J’étais dans ma bulle, attentif à ce qui se passait on stage. Je voulais profiter de chaque petits moments. Et savez-vous quoi? Je vais refaire la même expérience au mois de septembre et octobre. Anyway, si tu attends après quelqu’un dans la vie… Il y a des chances que tu vas attendre sur un moyen temps. C’était une révélation pour moi (petite victoire de la vie).

Bon bien en résumé, soyez cool avec les goûts des autres. La musique apporte son lot de sentiments. Elle nous fait sourire, pleurer, réfléchir, nous amener un sentiment d’abandon, etc. On est tous différent, il faut l’accepter.

À+ mofo’s
 

Publicités

S’aimer et être aimé… Facile à dire

Avant de commencer à vous raconter une tranche de vie, je vais cracher un peu sur le concept « être aimé ». Se faire apprécier par les gens, est-ce si important? Est-ce qu’il faut rentrer dans le moule du « bien mis »? Quand je dis « bien mis », c’est dans le sens large de l’expression. On catégorise les gens selon leurs vêtements et le nombres de relations, etc…

Mettons que je m’habille en jogging et avec un t-shirt troué, suis-je un bs pour autant? Peut-être que je veux m’habiller mou!  Si j’ai couché avec 2 filles dans ma vie (c’est un exemple), ça fait de moi un gars coincé? Peut-être que j’ai n’ai pas eu tant d’opportunités! Il faudrait arrêter de se fier à l’apparence… On juge facilement de nos jours. Ça devient pathétique. C’est pour cette raison qu’il y a beaucoup de personnes qui sont perdus dans cette game du bien paraître! Moi le premier! J’étais tellement engager dans cette histoire là, que j’ai oublié l’une des choses importantes dans la vie, apprécier ma propre personne! Je me suis fait chier souvent pour bien paraître devant du monde qui se crissait de moi et dont je me foutais aussi Oui, c’est le fun faire plaisir aux autres, mais il ne faut pas s’oublier.   

Et oui… J’ai embarqué dans cette fausse game.

Élaborons les faits

On est en hiver 2013 ou 2014 (j’ai perdu la notion du temps dans cette période). Je viens de me faire laisser. J’étais dans une relation qui a durée plus ou moins 5 ans. Je retourne chez mes parents complètement mélanger. Je ne savais plus ce que je voulais, qui j’étais… La seule chose à laquelle que je pensais, c’était de partir de la campagne. J’ai eu une proposition de partir en coloc, je saute dessus, sans hésiter. La débandade commença. Je me suis saoulé quasiment à tous les soirs. Je noyais ma peine. Même que je pense que le gars avec qui j’habite ne s’attendait pas à ça. J’étais fuckin perdu entre les bouteilles de bières et les idées noires qui gambadaient dans ma tête. Et là, tout d’un coup, arriva quelque chose dans ma vie qui changea ma perception de moi-même à ce temps là… TINDER débarque sur mon cellulaire! Tu mets 2-3 de tes plus belles photos de ton Facebook et tu swipes! Maudit que c’était facile! C’est simple tu te fies à l’apparence du monde… J’avais pleins de matchs et je commençais à me dire «  Hey finalement, je ne suis pas si pire que ça! ».  J’ai débuté à voir une fille . Tout allait bien. Je me disais qu’elle va peut-être me faire oublier tout ce qui c’était passé. J’étais vraiment bien avec elle. À quelques jours de Noël, BOOM! Je me mettais à pleurer comme un bébé sans aucune raison… Même si elle me faisait sentir bien. C’était le premier Noël depuis 6 ans que j’étais seul. J’ai eu de la peine. Elle s’est tanné et elle a mis fin à ça ( je la comprends dont. Même moi, je m’aurais crissé là). C’est alors que j’ai décidé de prendre du recul et de réfléchir au pourquoi de la chose. Je n’ai pas trouvé de solutions.  Donc, j’ai continué à avoir des dates dans lesquelles je ne parlais pas beaucoup. J’étais intimidé. Et pourtant, la fille qui était devant moi, elle fait caca, pète,rote… comme moi! Mais non… Je n’arrivais pas à être intéressant et intéresser.  Pourtant, toutes les filles que j’ai daté étaient FUCKIN belles. Tsé, le genre de fille que dans un bar, je vais la fixée sans être capable de m’approcher d’elle. C’était vraiment n’importe quoi!


C’est lors d’une de ces date que j’ai réalisé ce qui clochait chez moi. Je vais toujours me rappeler de la phrase de la fille.

« Dans la vie, tout le monde traîne un char de marde. Il y en a certains que c’est plus lourd et compliqué que d’autres mais on en a tous un. Il faut savoir comment le gérer et trouver des solutions pour l’alléger »

C’était comme une révélation à mes yeux. Parce que je l’avoue, je n’ai pas su comment gérer le mien. Tout d’abord, j’ai joué à l’autruche et j’ai voulu éviter de faire face à la situation. Après, j’ai tenté plusieurs choses. J’ai essayé l’entrainement, me donner corps et âme pour ma job et des activités qui ne me ressemblaient pas du tout. Comme de fait, ça n’a pas fonctionné. Même que je me faisais plus chier que d’autres choses.  

Après plusieurs dates infructueuses, je me suis mis à penser que c’était moi qui était trop laid et trop décriss. Donc, je me suis dit:  » Fuck OFF! Je me fais chier à dater pour rien, donc de la marde. Je m’en coliss. Si elles ne m’acceptent pas comme je suis, qu’elle mange de la marde! »  

À cause de cette période, je me suis bâti une réputation d’un gars qui se criss de tout et qui boit de la bière. Tout ça pourquoi…? Parce que je ne m’aimais pas. Je voulais tellement plaire aux autres que je me suis oublié dans toute cette mascarade. Je ne plaisais à personne. Je n’étais pas moi-même.Il y a quelques mois, je me suis remis à faire ce que j’aimes vraiment.. Découvrir et écouter de la musique, trouver de nouvelles recettes à faire, aller voir des spectacles, découvrir des nouveaux restos, écouter des films, etc. Je ne peux pas croire que j’avais tout délaisser ça!


Je crois que c’est ça la base… 
Être soi-même, c’est la clé pour être aimer. Il ne faut pas avoir peur de qui on est. Il faut juste assumer que desfois tu ne peux pas plaire à tout le monde. C’est normal. Tu ne pourras pas aimer une personne si au départ, tu ne t’apprécies pas à ta juste valeur!

Être aimé, c’est le résultat de ton bien-être. Quelqu’un qui est bien dans sa peau, c’est crissement plus sex qu’une petite nunuche à grosses boules ou un dude à gros bras. Si tu es un être sensible, sois le! Si tu es fier d’un de tes projets, montre le, parles en. On est tous intéressant, chacun à notre façon.

Je tiens à dire que cette histoire est un fait vécu. Peu de gens connaissent la vérité de ce passage de ma vie. Ils y en a qui ont été spectateurs de ma débandade sans trop savoir ce qui s’est réellement passé. Ça l’a été deux ans qui ont été très durs sur le plan personnel. Je sors grandit de cette histoire. Je voulais partager ça pour vous montrer que parfois l’acceptation de soi, c’est plus difficile que l’on pense. Pour ma part, ça m’a prit 2 ans, avec des hauts et des bas, pour me rebâtir une confiance en soi…

À plus MOFO!!!!

Pour ceux qui me connaissent bien, j’utilise une expression qui exprime toute ma rage contre l’idiotie humaine. Même que je l’utilise à tort et à travers (je m’en excuse!!!). Quand je l’expulse, c’est comme une paix intérieur qui s’installe (tsé, les trois-quarts du temps les gens ne m’entendent pas… FUCK OFF, ça fait du bien!) Il s’agit « tas de marde ».

Mais, c’est quoi « un tas de marde »? Selon Le petit Loise, un tas de marde est individu qui pense seulement à une personne… À LUI! La personne qui te coupe sur l’autoroute sans mettre son clignotant! Celui ou celle qui te rentre dedans dans un bar quand il veut aller s’acheter une bière ou aller aux toilettes sans excuser! Le gars ou fille, que tu fréquentes, qui ne t’implique pas dans ses projets. Je peux t’en dire une chiée et une barge d’exemples de tas de marde! Mais ça peut aller plus loin que ça. Ça peut être un collègue, ton patron, la secrétaire qui est bête comme ses 2 pieds. Name it! On en côtoie en esti dans une vie! Ce qui est dommage de nos jours, c’est qu’il faut les endurer! Ils n’ont aucune idée comment ils sont des nuisances.

À partir de là, je vous pose LA question? Êtes-vous un tas de marde? Dans mon cas, la réponse est simplement: OUI! Je l’assume totalement! J’ai déjà été le gars qui t’a coupé sur l’autoroute. Je t’ai sans doute pilé sur le pied pour aller boire ou bien rentrer dedans pour aller pisser! J’ai été le dude qui n’impliquait pas ses ex ou ses fréquentations dans ses projets. Attendez un peu là, je peux paraître comme le pire des enculés mais je ne vous ferez pas de cachettes. Vous l’êtes tout autant… Oui, oui… Vous êtes des tas de marde aussi, à votre façon! J’entends déjà les vierges offensées dire: « Bien non, moi, je n’ai jamais fait de mal à qui que ce soit ».  Je leur réponds: HAHAHAHAHAHAHAHAAHAHAHAHHAHAHAHAHHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHAHHAHAHAHAHHAHAHAHAHAAHA!
Arrêtez de faire vos princesses et assumez vous! On s’accorde sur un point, vous avez déjà fait chier ou fait de la peine à quelqu’un dans votre vie. À moins que tu as été une victime toute ta vie… Ça me surprendrait solide! Même vos enfants seront le tas de marde à quelqu’un!

 

Nous sommes tous le tas de marde à quelqu’un dans la vie. Il faut le constater et surtout l’assumer! Je ne sais pas si je suis votre tas de marde. Je ne sais pas si j’assume tout à fait que je suis un tas de marde. Il y une seule chose qui est certaine, c’est que j’en suis un et vous aussi!

Dans le fond, nous sommes tous égaux…

À+ MOFOS

Ps: Tsé les fautes d’orthographes et de syntaxes… Je m’en coliss!

Ça va commencer!

Yo!!! Et bien oui, moi aussi je vais commencer à écrire quelques tranches de ma vie, de mes pensées, de réflexions que je vais avoir .


Là, vous demandez : « Criss, pourquoi tu fais un blog? As-tu vraiment de besoin de faire un blog? » La réponse est simplement « Non, mais ça me tente ». Je ne suis pas le dude le plus à l’affût de 
l’actualité mais il y a certains sujets qui me tiennent plus à  coeur! Par exemples, l’égalité des sexes, les arts, les relations humaines (ça l’englobe pas mal de chose), le sport sont des sujets qui vont revenir le plus souvent. Ça se peut que j’écrive de la marde aussi. Que vous n’êtes pas d’accord avec mes opinions; TANT MIEUX! Ce n’est pas ça la vie! Avoir des opinions, débattre dans le respect, réfléchir, acquérir des informations selon les points de vue de chacun et remettre ça en perspective.

 

C’est ce que je veux amener. Je n’ai pas souvent raison. Je n’ai pas de BAC, ni de DEC. Je suis un simple dude qui gagne sa vie dans le monde du showbizz et qui aime les gens. On va s’amuser ensemble! Vous allez voir! Je suis divertissant comme personne!!

 

À+ MOFO!